Le plastique !

595jeremy

Well-Known Member
Bonjour à tous.
Dans mes recherches, je découvre des choses choquantes sur le plastique alimentaire (principalement cette molécule BPA). J'ai trouvé toutes mes informations sur wikipedia (vous êtes assez grand pour lire, je ne résume pas :ninja: (Matière plastique, Wiki) :

Phase de production

Phase d'utilisation

  • Des substances chimiques, en particulier présentes dans le plastique, seraient « au premier rang des accusés » de la chute de la qualité desspermatozoïdes (réduite de 50 % depuis 1950) et des maladies liées à l'appareil génital à travers les perturbateurs endocriniens. Le 25 novembre 2008, le gouvernement français (à travers l'IRESP, structure de recherche créée par l'INSERM et 20 partenaires, et l'AFSSA) a organisé un colloque sur ce thème : « Environnement chimique, reproduction et développement de l'enfant ». Les principaux composés incriminés sont les phtalates et lebisphénol A (BPA)49, deux substances présentes dans certaines matières plastiques.
  • Parmi les additifs les plus controversés figure le bisphénol A, très présent dans les plastiques alimentaires et notamment dans 90 % des biberons en 2008. Le BPA est soupçonné d'être un perturbateur endocrinien. L'Association médicale américaine a publié en octobre 2008 une étude concluant qu'une hausse de la concentration de BPA dans l'urine augmentait de 39 % les risques de diabète et de maladie cardiovasculaire. Au Canada, tous les biberons contenant du BPA ont été retirés du marché, en application du principe de précaution. En Europe, l'EFSA estime que les doses de BPA absorbées par les bébés sont trop faibles pour être dangereuses. Certains fabricants de biberons (Dodie ; Avent du groupe Philips) ont décidé en 2008 de fabriquer des biberons sans BPA mais commercialisés plus chers50.
  • L'émanation (relargage) de certains plastiques présents dans l'habitat urbain est connue51.
Au stade « déchet »

  • Les plastiques, à la différence des polymères naturels, sont peu dégradables et mal biodégradés. Parmi les produits finaux de dégradation, certains de leurs additifs sont des perturbateurs endocriniens, et d'autres (métaux lourds, colorants ou stabilisateurs) sont toxiques et non biodégradables. Dans les années 1980, on a constaté que des milliards de petits fragments de plastiques étaient présents jusque dans l'océan austral, bien au sud de laconvergence antarctique, en mer de Ross52. On en a depuis trouvé dans toutes les mers du globe. On ignore quels impacts environnementaux ils peuvent avoir à moyen et long terme, en particulier quand ils se dégradent en petites particules.
  • Selon une étude publiée en 2011 par l'Institut océanographique de San Diego (Californie), on trouvait en 2009 des morceaux de plastique ingérés dans 1 poisson sur 10 dans le Pacifique Nord, et les poissons vivant aux profondeurs moyennes en ingèreraient 24 000 t/an environ54.
  • Sur la rive nord de la Méditerranée, au large des grandes agglomérations, les déchets solides, constitués à 75 % de plastiques, infectent les fonds marins. La tortue marine, espèce en danger pour l'UICN, s'étouffe avec des sacs plastiques qu'elle prend pour des méduses55.
  • La combustion de la plupart des matières plastiques libère de nombreuxpolluants et toxiques, en particulier lorsqu'il s'agit de PVC (organochlorésdont dioxines et furanes, mais aussi des métaux lourds, comme additifs anti-UV et colorants)[réf. nécessaire].
Quelqu'un en sait-il plus ? Sur l'inhalation de vapeur (avec un volcano, un extreme ou autre) ?
Paix à vous tous.
 
595jeremy,

Raf007

Retailer
Salut à toi,

Niveau ce qu'il advient en fin de vie d'un vapo j'en sais pas plus que ça.
Par contre, rassure toi, un bon fabricant n'utilise pas du plastique alimentaire. Ils sont tous sur du matériel de qualité médical, surtout Storz. EQ tu es safe aussi. En gros il faut surtout se méfier des vapos pas chers, surtout de salon à globe ou les petits à tuyaux, là aucune idée de la qualité du plastique du tuyau comme des composants du vapo, le plus souvent made in china sans aucun contrôle qualité.

C'est pas pour rien si le silver surfer vaporizer tourne autour de 220 euro ou le Da Buddha 150 alors que leur copie ou des vapos à tuyaux basique avec pseudo écran digital sont eux à moins de 100 euro ;)
 
Raf007,

Egzoset

Banned
Salutations,

La seule manière de s'assurer qu'un vaporisateur ne comporte aucun risque sanitaire consiste à ne pas tolérer de matériaux synthétiques (et/ou dangereux!) dans le circuit aérien destiné à transporter la vapeur cannabique jusque dans les poumons. Le verre, la céramique et certains alliages métalliques peuvent être considérés chimiquement inertes dans cet ordre, au-delà de ça un acheteur a le devoir de s'informer et d'assumer ses choix de consommation. Par exemple, ici même sur FC j'ai appris que le fameux Herborizer pouvait dégrader l'isolant des conducteurs électriques de l'élément chauffant à un point tel que cela produit un dépôt blanchâtre sur le verre... Vous me direz qu'il s'agit d'un événement exceptionnel mais peu m'importe puisque ça c'est réellement produit - or rien d'autre ne compte à ce stade!

En ne retenant pour candidats que les appareils de type thermostatique au détriment de ceux à rhéostat on limite davantage ce genre de risque mais une panne majeure pourrait toujours menacer de causer une surchauffe dépassant la résistance à la chaleur de matières comme le teflon et/ou le silicone... La vraie garantie qu'un vaporisateur ne va pas émettre des fumées nocives c'est donc de ne pas courir le risque d'en avoir du tout.

:2c:

On ne se surprendra pas du fait que parmi les exemples de vaporisateurs sûrs ce soient justement ceux dont rien du circuit aérien/cannabique n'échappe au regard, le DBV et le SSV ont été mentionnés et j'ajouterais à cela le LSV - tous trois de 7th Floor, un manufacturier dont il serait juste de conclure que cette partie de l'équation a été fort bien comprise et maîtrisée à mon avis. D'autres concepts comme le VapBong et le VapoCane donnent aux vaporistes l'assurance d'un fumet libre de contaminants, à condition que la grille elle-même ne pose pas problème diront les puristes...

Au-delà de ça les débats futiles sur les vertus du PVC vs le silicone pour transporter une vapeur de plus en plus tiède jusqu'aux lèvres ne contribuent qu'à mêler les cartes pour ceux qui n'arrivent pas à s'y retrouver.

:peace:
 
Egzoset,
Top Bottom